TECHNIQUES TRADITIONNELLES

DESSIN & TRACÉ DE PLOMB

Le « tracé de plomb » consiste à faire la transposition d’un dessin d’artiste en décidant des découpes les mieux appropriées – et donc de l’emplacement des plombs – en fonction du trait et des couleurs. Ce travail est effectué sur des agrandissements du dessin original à l’échelle du vitrail lui même. Subtile interprétation de l’oeuvre de l’artiste, ce travail requiert toutes les qualités artistiques, une osmose parfaite avec l’oeuvre originale, et tout le savoir-faire technique pour servir l’oeuvre au plus près des intentions de son auteur.

DÉCOUPE

Faite, comme en couture, à partir d’un  » patron » à l’échelle 1, découpé avec des ciseaux à triple lames prenant en compte l’épaisseur à venir des plombs, les morceaux constitutifs de chaque oeuvre sont choisis en fonction des nuances souhait?es dans telle ou telle partie des plaques de verres puis découpés à la main.

GRAVURE

Les plaques de verres peuvent être colorées dans la masse, ou constituées d’une ou plusieurs couches de couleurs appliquées sur la feuille de verre blanc au moment de la cuisson. La gravure de la plaque de verre à l’acide fluorhydrique consiste soit à éclaircir les teintes en diminuant leur épaisseur, soit à les éliminer pour laisser apparaître la ou les teintes du dessous. Ce procédé permet d’obtenir des nuances plus variées dans une même teinte, ou de composer dans un même morceau de verre un motif à plusieurs teintes en évitant ainsi l’assemblage de plusieurs morceaux et la présence des plombs d’assemblage. La gravure au sablage consiste elle à projeter du sable fin à haute pression selon des zones précises délimitées par un pochoir afin de décaper les couches supérieurs du verre et inscrire ainsi dans la matière des motifs d’une grande précision.

PEINTURE

Réalisée à partir d’émaux ou d’oxydes métalliques, la peinture et la grisaille sont appliquées sur le verre avant cuisson et permettent de rehausser les parties ombrées d’un motif ou d’un dessin ou bien d’apporter de subtiles nuances à la couleur originelle du verre.

MISE EN PLOMB

Les plombs servent à assembler les morceaux de verres constituant un vitrail. Ils ont un profil en H qui permet de recevoir les deux morceaux de verre mitoyens. Ils existent en différentes épaisseurs et peuvent aussi être « armés » d’une tige métallique souple qui les rend plus résistants à la torsion et à la flêche tout en préservant leur souplesse. Les plombs sont assemblés entre eux par des soudures à l’étain.

POSE

La fabrication d’un vitrail allant de sa conception à sa pose, l’atelier est également présent à toutes les hauteurs souhaitées des édifices qui doivent recevoir un vitrail. Les mêmes compagnons qui ont interprété le dessin original pour définir sa « mise en plomb », choisi les teintes, découpé, peint la grisaille, gravé à l’acide sablé, cuit les verres et assemblé le vitrail, sont ceux que l’on retrouve perchés en haut d’échafaudages de plusieurs dizaines de mètres pour installer le fruit de leur travail. Ce sont eux qui procèdent de la même manière à la dépose des vitraux anciens, à restaurer et à leur repose une fois le travail de restauration effectué à l’atelier.